Articles sur Max Pinchard

Max Pinchard dans la nudité de l'espoir

Max Pinchard dans la nudité de l'espoir

Informations :

Date : 4 mai 1987
Auteur : Pierrre-Albert Castanet
Publication : L'Affiche culturelle de Haute Normandie n° 115

Contenu :

Max Pinchard dans la nudité de l'espoir 

Max Pinchard est une grande figure de la musique de notre temps et de notre région. Né en 1928, il est le miroir aux mille facettes (compositeur, musicographe, critique, directeur de conservatoire, chef d'orchestre ...) à qui l'on se confie volontiers afin de (re)-trouver cette source de création, toujours fraîche  et sans cesse renouvelée, ainsi que ce souffle porteur d'humanité et de communication. 

Ce trimestre printanier couronnera les deux dernières oeuvres monumentales du maître au Havre, préludes à des manifestations prévues à Paris et à Hanovre...

Un oratorio d'une tendre espérance 

"Sainte Unité de Trois" est un oratorio lyrique pour soliste, choeur et orchestre, bâti sur des traductions versifiées de psaumes et d'hymnes traditionnels du bréviaire romain par Pierre Corneille. Composé à la demande de la ville de Rouen, pour la célébration du Tricentenaire de la mort du poète dramatique,cette vaste page en forme d'acte d'opéra a été créée en 1984 au Théâtre des Arts de cette même ville. Ce "témoignage lyrique" sera incarné par la soprano Sophie-Alice Pinchard pour la première audition de l'oeuvre dans la ville natale du compositeur : Le Havre (les 8 et 9 avril 87 en la Cathédrale Notre-Dame). Max Pinchard sera à la tête des chorales de la ville et de l'orchestre de l'Ecole Nationale de Musique et de Danse (dont le directeur est Gérard Lecoq). Une fresque spirituelle émaillée  d'espérance qui conjugue angoisse et violence de la destinée avec allégresse et solennité de l'instant dernier. 

L'appel fraternel de la cantate pour l' Ettersberg

Peu après la création de l'oratorio Sainte Unité de Trois, l'Association Nationale pour l'Action Musicale  demande à Max Pinchard de composer une oeuvre sur les tragédies de notre société mondiale l'exil,,l'emprisonnement, la faim, l'angoisse de la mort. A la manière d'un Moussorgsky ou d'un Aperghys (plus proche de nous), le compositeur a l'idée de "scènes-illustration", sorte de galerie d'images pour soliste, choeurs (d'enfants et d'adultes) et orchestre symphonique Un heureux hasard donne au musicien des poèmes résonnants de souffrance et de déportation (évocation de Buchenwald...), mais aussi de pureté et de naïveté. L'auteur  des alexandrins et autres chants de paroles est Yves-Pierre Boulongne (conseiller scientifique à l'ambassade de France à Belgrade). Treize textes attachants de simplicité fraternelle et de vérité émotionnelle charpentent un édifice vocal et instrumental, puisant dans un répertoire populaire cosmopolite et suggestif : une chanson d'enfants, un tango, un blues, une valse lente. 

Cent cinquante participants étaient présents  lors de la création de la "Cantate pour l'Ettersberg" en juillet 1986 dans le cadre des journées musicales et culturelles du Haut-Languedocl. Un écho normand s'imposait pour cet ouvrage baptisé primitivement "Ainsi naîtra un choeur d'enfants" :la première audition normande aura lieu sous la direction du compositeur le 17 mai à l'Espace Duchamp-Villon de Rouen (17h30) et le 20 juin à Grand Couronne par S.A Pinchard (soliste), les choeurs de Rouen Haute-Normandie et de l'Ecole nationale de Grand Couronne (enfants et adultes), et l'Ensemble orchestral de Haute-Normandie. C'est l'évènement régional ! une opération artistique de prestige à honorer sans conteste . Pierre-Albert Castanet. 



<